Martinique

PIB régional

8,882 M€

Habitants

376 480

Superficie

1 128 km²

Capitale régionale

Fort-de-France

Les territoires français d'outre-mer

Il existe 12 territoires d’outre-mer : la Guadeloupe, la Guyane française, la Martinique, la Réunion, Mayotte, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, les Terres australes et antarctiques françaises et les îles de Wallis-et-Futuna. Ensemble, ils regroupent près de 2,6 millions d’habitants. Grâce à ses territoires ultramarins, la France est le seul pays de l’UE présent sur trois océans différents. Ceux-ci contribuent à conforter le deuxième rang mondial de la France en termes de rayonnement maritime et participent de manière significative au déploiement des politiques maritimes et de « croissance bleue » du pays. Précurseurs « 100 % énergies renouvelables » de la transition énergétique et de la promotion des transports propres, ces territoires incarnent l’avenir de l’énergie.

La Martinique : une région française et européenne au cœur des Amériques

A mi-chemin entre le Brésil et les USA, la Martinique appartient à une zone « Caraïbe » qui dans son acception large comprend de nombreux territoires insulaires ainsi que des territoires continentaux le long de la côte qui relie le Venezuela au Mexique ; La Martinique est ainsi membre associé de l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC) et de l’Organisation des Etat de la Caraïbe Orientale (OECO).

Son appartenance au territoire national français et sa qualité de Région Ultra Périphérique de l’UE lui permettent de s’inscrire dans les standards français en termes climat des affaires – y compris par ses infrastructures – tout en étant en capacité de relayer l’Europe dans une région dynamique, certes sous influence nord-américaine mais soucieuse de diversifier ses partenariats.

 

Un tissu économique diversifié

La Martinique dispose d’infrastructures portuaires qui la classent au 7e rang national en termes de trafic, et d’infrastructures aéroportuaires de premier plan. C’est un marché en pleine expansion représentant une véritable opportunité pour des investisseurs nationaux et internationaux qui envisagent une implantation en Martinique sur les secteurs prioritaires de développement.

Fort de la production de banane et de canne à sucre, le secteur primaire représente 4 % du PIB pêche comprise.

Le secteur secondaire – qui s’est diversifié depuis ses origines dans l’import-substitution – est aujourd’hui dominé par les filières énergies, agro-alimentaire et BTP (14 % du PIB).

Le secteur tertiaire (82 % du PIB) recèle des filières en croissance tels le transport automobile et le tourisme.

En 2019, 2 territoires martiniquais ont été labellisés « Territoires d’industrie ».

 

Des orientations ambitieuses de développement

Le Schéma Territorial de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation de la Collectivité Territoriale de la Martinique entend restructurer l’appareil de production : il mise sur l’agroenvironnement, la mer et le tourisme, en soutenant l’innovation ainsi que de nouvelles filières émergentes.

La collectivité territoriale de Martinique lancera un appel à projet orienté Industrie 4.0 courant 2020.

 

Un tourisme appelé à une forte croissance

Le regain d’activité du tourisme se traduit par l’augmentation de 18,5 % du nombre de visiteurs en 2017 (un peu plus de 1 million de visiteurs) soit la meilleure
performance depuis 1998, avec une augmentation de 40 % du nombre de croisiéristes (453 364 personnes). Pour les acteurs économiques martiniquais, le tourisme doit être source de croissance d’emplois, et ils travaillent à en accroitre la contribution au PIB pour la porter à un niveau comparable à celui des iles souveraines des Petites Antilles où il se situe entre 20 et 50 % du PIB.

Le consensus nouveau sur le tourisme entend mettre en valeur le riche et singulier patrimoine historique, culturel et culinaire de la Martinique, au service d’une différentiation accrue et d’une montée en gamme de la destination.

 

Un dispositif puissant de soutien à l’investissement

Les efforts de l’ensemble des collectivités publiques se conjuguent pour soutenir l’attractivité de la Martinique pour l’investissement.

Outre l’accès à l’ensemble du dispositif de soutien aux entreprises à l’œuvre sur le territoire national, l’Etat offre à la Martinique les dispositions propres à l’Outre-mer de défiscalisation des investissements, un crédit d’impôt innovation et un crédit impôt recherche aux taux renforcés par rapport à ceux de l’hexagone, et des mesures spécifiques l’exonération de charges sociales.

Les Programmes Opérationnelles de l’Union Européenne sont à la hauteur de leur objectif de convergence avec le niveau de développement moyen des autres territoires européens. Les collectivités locales se sont appropriées leurs compétences en matière de développement économique et ont donc clarifié leurs objectifs et dispositifs d’accompagnement.